mercredi 20 février 2013

Le retour des poux

C'est le petit mot que j'ai découvert sur le cahier de correspondance de mon Loulou, l'autre jour.

Mon mari a refusé de s'en méfier, prétextant qu'il n'y a pas de pou à cette saison, mais un pou c'est c..., ça ne connaît pas les saisons.
Pour ma part, lire ce mot dans le carnet me provoquait déjà des démangeaisons. Pour les avoir régulièrement pratiqués ces dernières années, je savais bien qu'il y avait de quoi s'inquiéter et que nous serions très prochainement colonisés.

J'ai immédiatement dégainé mon peigne électrique anti-poux au grand dam de mon fils, bêtement échaudé par l'utilisation de cet appareil la première fois. J'ai en effet eu le malheur de tester le peigne sur sa tête alors qu'il sortait de la douche, les cheveux un peu mouillés. Et alors me dites-vous ? Et bien, résultat, le peigne faisait "Tchsst" et mon Loulou "Aïe", j'ai cru que les poux grillaient mais non en fait c'était mon fils qui se prenait des petites décharges électriques. C'est malencontreux, j'en conviens mais tout va bien, le Loulou en garde juste un mauvais souvenir.
Cette fois-ci, je n'ai pas découvert de pou mais en prévention je lui ai appliqué quelques gouttes d'huile essentielle de lavande sur les cheveux et son bonnet. J'ai renoncé à me passer le peigne électrique, tâche beaucoup trop fastidieuse sur ma crinière. Si je n'avais découvert aucun pou sur sa tête j'étais tranquille pour le moment, oui mais jusqu'à quand ?

Je n'osais me souvenir de leurs dernières attaques, il y a 8 mois à peine. J'étais hystérique comme à chacune de leurs visites. Car si j'arrive à débarrasser mon fils de ses poux dans un délai somme toute raisonnable, il est en revanche quasi impossible de parvenir à une totale éradication sur ma tignasse avant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Dire que c'est une prise de tête (appréciez le jeu de mot !) est un euphémisme.

J'ai tout essayé, je peux vous en parler ! 

J'ai d'abord enrichi tous les pharmaciens du coin. Les traitements anti-poux à base d'insecticides coûtent entre 9 et 17 €, aucun ne fonctionne mais ça au début je ne le savais pas. J'ai appliqué une première lotion en suivant scrupuleusement les instructions. Parallèlement et comme indiqué, j'ai pris soin de traiter notre environnement. Draps, couettes, oreillers, peluches, doudous, pyjamas, serviettes de toilette, coussins et plaid du salon ont été mis en quarantaine dans des sacs poubelles (9 au total que j'avais fièrement alignés dans la mezzanine telle la flibustière et son butin), le pou ne survivant normalement pas plus de 36 heures loin de son hôte.
Mais malgré cet embargo, ma tête me démangeait tout autant. Étrangement, je pouvais dire que même mes sourcils me gratouillaient.

J'ai donc acheté un second produit (une autre marque)...pour un résultat identique, puis un troisième, un quatrième...en vain. Jusqu'à ce que mon pharmacien me voyant débarquer une nouvelle fois dans son officine me prenne enfin en pitié et m'explique que les traitements à base d'insecticides sont pour la plupart inefficaces le pou ayant trouvé moyen d'y survivre en raison d'une mutation génétique et que je devais plutôt opter pour des produits à base de dérivés d'huiles qui eux, obstruent les voies respiratoires des poux et les asphyxient. Là, normalement j'aurais du traiter mon ami le pharmacien de tous les noms de ne pas m'avoir expliqué tout ça plus tôt et de m'avoir laissé dépenser plus de 50 € à perte mais j'étais tellement affaiblie par cette lutte acharnée avec le pou et ma foi tellement soulagée d'en voir le bout (oui naïvement j'y croyais) que je me suis contentée de le remercier, non sans lui avoir remis 10 € supplémentaires pour ce nouveau produit miracle.

Entre temps, j'étais devenue une réelle pouilleuse, ça grouillait sur mon crâne. Ma tête abritait un village entier de petits vampires qui ne me suçaient pas seulement la nuit mais à longueur de journée. Parce que le pou, non content d'avoir muté génétiquement est en plus un amant infatigable et insatiable qui va féconder jusqu'à 18 femelles à la suite, qui elles-mêmes pondent 10 à 20 fois par jour. L'horreur !
J'ai donc appliqué ma nouvelle arme à base d'huile de coco. Je devais laisser agir le produit toute la nuit, ce qui veut dire accepter d'aller me coucher avec mon bonnet de piscine ou du film alimentaire autour de la tête. Pas très sexy me direz-vous mais de toute façon, je n'avais pas la tête à ça (appréciez une nouvelle fois le jeu de mot !). 

Le traitement à l'huile de coco s'est révélé tout aussi inefficace que ces prédécesseurs. J'étais totalement désespérée, dépitée, démoralisée et dé.. (je cherche) dépeignée. Ma chevelure agressée par les insecticides et les shampoings successifs avait pris la forme et la texture de la barbe à papa. Dressés sur la tête, mes cheveux étaient gonflés en permanence, d'aspect rêches à la vue, ils se révélaient finalement collants et poisseux au toucher. Un carnage ! Mon cuir chevelu était autant meurtris par les morsures que par les traitements et je n'étais finalement plus si sûre que mes démangeaisons étaient dues aux poux.

Je me suis alors tournée vers les remèdes naturels, je dirais même surnaturels, glanés ça et là sur internet.  Ainsi je me suis shampouinée tour à tour avec :

  • de l'huile d'olive (mais vous pouvez également opté pour l'huile de tournesol, de colza, de noix...si ça vous fait plaisir, de toute façon...)
  • de la mayonnaise (maison de préférence, ajouter 2 ou 3 bulots...non je blague)
  • du coca (peu importe la marque, mais vous pouvez toujours prendre du light pour vous donner bonne conscience)

...jusqu'à ce que ma tête et mon foyer soient totalement apaisés.
Vous dire quelle mélasse a été la plus efficace, ma foi, je n'en sais rien mais enfin mon calvaire pris fin (c'est beau, ça rime !). 

Et bien, je ne terminerai pas ce post par une belle rime. Je viens de découvrir aujourd'hui un pou sur la tête de mon fils. Branle-bas de combat, c'est l'opération désinfection, destruction, dévastation et dé...(je cherche) déscolarisation (tiens voilà la solution) ! Ah, c'est pas le moment de m'approcher non seulement je suis très certainement moi aussi infestée mais surtout je suis d'une humeur...(pire que si j'avais mes "ragnagnas") !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...