vendredi 28 décembre 2012

L'altruisme

Pourquoi l'altruisme de certains nous met-il mal à l'aise ? 
Parce qu'il nous paraît suspect dans notre société où règne le chacun pour soi ou parce qu'il met en évidence le fait que nous sommes nous-mêmes dépourvu de cette qualité ?

Lorsque je vais chercher mon aîné à l'école, je suis amenée quotidiennement à saluer la dame chargée d'assurer la sécurité aux passages piétons, vous savez ces agents municipaux en gilet jaune qui facilitent la traversée des parents et de leurs enfants aux abords des écoles. Cette dame avenante et de tempérament enjoué a toujours une bonne parole à l'encontre des passants : "Couvrez-vous bien demain ils annoncent 2°C", un bon mot sur le moment présent : "Il croit peut-être que je vais le laisser passer celui-là parce qu'il a un gros 4X4 !", offre des bonbons à certains enfants : "Sers toi mon grand, dans le sac noir sur le trottoir"....

Moi qui ai toujours le nez dans le guidon, qui suis plutôt de type associable, j'avoue être toujours un peu gênée de la croiser. Je me dis que moi aussi j'aimerais me montrer bienveillante à son égard, lui témoigner ma sympathie, mais je n'ai pas comme elle, cette bonhomie cordiale, cette empathie naturelle. Il est difficile à mon sens de montrer avec le plus d'honnêteté possible son intérêt pour une personne sans que cela passe pour une simple marque de politesse.

Le mois dernier, elle a été absente pendant plusieurs jours. Et bien, elle nous a manqué. Mon fils et moi avions toujours une pensée pour elle à l'approche du passage piéton : "Oh, elle n'est toujours pas là la dame". A son retour, j'ai su me montrer loquace (enfin, dans la limite des mes capacités !), je lui ai demandé si elle avait été malade, elle m'a répondu que oui, qu'elle l'était toujours mais qu'elle devait venir bosser parce qu'elle n'était pas titulaire et donc pas payée pendant son arrêt maladie... L'air de rien, ça nous a fait un petit sujet de conversation.

Un jour, elle m'a dit, "demain je vous ramène un body pour votre bébé, je voulais l'offrir à une copine et puis son bébé a grandi entre temps du coup ça ne lui ira plus, c'est un body bleu, mais c'est pas grave, ça ira quand même pour votre petite fille hein ?" " Euh oui oui, ai-je bredouillé, merci c'est très gentil". Pourquoi avait-elle pensé à moi ne connaissait-elle pas une autre jeune maman dans son entourage plus proche ?

Vendredi dernier, dernier jour avant les vacances scolaires de Noël, alors que je traversais la route, elle m'a interpellée : "Je vais faire un petit cadeau pour votre bébé, je lui donnerai à la rentrée le 7 janvier". Cette fois, c'était trop, ça m'a échappé, je lui ai demandé d'emblée, au risque d'être impolie : "Mais pourquoi ?" et elle m'a tout simplement répondu "Parce que j'aime bien confectionner des choses et puis ça me fait plaisir de les offrir comme ça à certaines personnes". Ouah ! Son altruisme venait de m'exploser en pleine figure et mon égoïsme avec.

Car moi, je n'avais jamais pensé à lui acheter un petit quelque chose pour les fêtes, elle m'avait quand même déjà offert un body pour la petite et pourtant ça ne m'avait même pas effleuré l'esprit ! Depuis, je réfléchis à un cadeau, pas trop petit, pas trop gros, pas trop banal, pas trop personnel. Ce cadeau que je n'offrirai logiquement pas par altruisme mais par pur dédouanement. 




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...