mercredi 4 juillet 2012

Suis-je un être égoïste, dépourvu de compassion ?

Ce soir en sortant du bureau, alors que je m'approchais à grand pas de ma station de métro, à quelques mètres devant moi, j'ai vu un corps étendu sur le trottoir. L'homme (que j'ai immédiatement identifié comme étant un SDF : tenue vestimentaire sommaire, peau du visage sclérosée, coquard à l'oeil) était inerte, yeux fermés, bras le long du corps. Je suis arrivée à sa hauteur sur le trottoir et me suis cherchée toutes sortes d'excuses pour ne pas m'arrêter et dans ce cas là, étrangement, les neurones fonctionnent très rapidement :
  • "je suis enceinte, s'il est juste endormi et s'en prend à moi ?"
  • "je suis sortie du bureau à 18h tapante pour une fois, je suis pressée de retrouver mon petit loulou, ce n'est pas pour perdre du temps maintenant !"
  • "si j'appelle la police ou le samu, j'imagine que je vais devoir attendre leur arrivée ?"
  • "nous sommes des centaines à fouler ce trottoir pourquoi est-ce moi qui devrait m'arrêter ?"
Apaisée par mes excuses bidons, j'ai passé mon chemin, laissant cet homme à terre, peut-être ivre, peut-être souffrant, peut-être comateux, peut-être pire. N'était-il pas simple pour moi de dégainer mon portable dernier cri, d'appeler la police ou le samu (ces numéros étant d'ailleurs pré-enregistrés dans mon téléphone) ? Non, j'ai choisi de passer mon chemin, mon sac longchamp en bandoulière, le bruit de mes escarpins raisonnant près de ses oreilles.

Dans le métro qui me menait à mon doux et confortable sweet home, le remords m'a quelque peu rongé.

Où est l'homme ce soir ? aux urgences sur un brancard, dans un refuge ou dispensaire pour SDF (je ne sais même pas comment ça s'appelle) ou allongé sur son trottoir, mort peut-être ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...